Forum du Reims Triathlon Index du Forum

Forum du Reims Triathlon


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Embrunman!
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Reims Triathlon Index du Forum -> Forum du Reims Triathlon -> Compétitions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Olive


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2009
Messages: 860
Localisation: Vers le soleil
Masculin

MessagePosté le: Sam 17 Aoû - 12:56 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Moi je dis bravo....et j'ajoute que même si je bossais le 15, j'avais un petit pincement au coeur en pensant à nos aventures de l'année dernière....
Sinon, Roch a fait du Roch!
J'en attendais pas moins que ça! Mort de Rire
_________________
Olive


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Sam 17 Aoû - 12:56 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
EL Rocco
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2009
Messages: 152
Localisation: Reims
Masculin

MessagePosté le: Mar 20 Aoû - 20:15 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Bonjour,
Merci à tous pour vos encouragements et remerciements.

Voici le petit compte-rendu de cette belle épreuve.

Pour replacer dans le contexte :
-          Après deux ans de coupure nette pour part, nous avons décidé de faire l’IM de Lanzarote en mai 2013 (voir compte-rendu à ce sujet). Du coup, reprise de l’entrainement en octobre 2012, pour perdre quelques kilos en trop sur les 98…
-          La participation à l’Embrunman dépendait notamment des résultats à Lanzarote : donc, dans l’euphorie du marathon, la décision était prise d’y participer, avec deux objectifs : faire aussi bien qu’en 2003 (14h16 : 1h10 / 7h48 / 5h06) et moins pire qu’en 2009 (16h50) et rattraper Alexandra, les féminines partant 10 mn avant les hommes (ce qui sera malheureusement le plus simple à faire car elle n’a pas pu s’inscrire).
-          Après Lanzarote : plus d’un mois et demi de repos complet (aurais-je dû reprendre avant ?...). Reprise de l’entrainement début juillet ; puis vacances à partir de mi-juillet, mais pas forcément pour s’entrainer ; deux semaines en Espagne (le régime tapas et vino tino et 4000km de voiture ne sont pas forcément la meilleure préparation….) ; puis une semaine de préparation spécifique la semaine précédente (100 km vélo, 100 km vélo  +10km càp, 16km càp+40km vélo, 140 km vélo, enchainés sur 4 jours, avec des  bons dénivelés…Pour tout vous dire j’avais prévu beaucoup plus sur les 3 semaines, mais cela n’a pas été possible) ; puis 5 jours de repos.
Déjà, lors des entrainements vélos, le léger surpoids (encore 7 kilos de trop pour la montagne) se fait sentir, mais j’enchaine les cols, je gère l’alimentation : le dernier jour est
même celui où je fais la meilleure moyenne (bien qu’en deçà de mes espérances).

Alors pourquoi Embrun ?
-          C’est le 30°, et j’avais fait le 20° (et le 26°).
-          Ma famille paternelle est de Saint-Crépin (Aérodrome).
-          Ce n’est pas du tout pour moi (quoi que, au regard des résultats de 2003, on pourrait presque croire que je suis un demi-grimpeur…).
Le mardi 13 : nous quittons le Forez pour le Guillestrois (pas trouvé d’hôtel à moins de 25 mn de voiture d’Embrun !! ). Le soir, je récupère mon dossard : cela sent le triathlète partout !! Dans toute la vallée. Je commence à recevoir les premiers encouragements : Olivier, Jean-Raphaël, Laurent, Fab, Thomas, jusque jeudi matin (Sylvain)….
Mercredi 14 : Je commence à boire du malto (j’aurais dû commencer depuis 2 jours, mais ce n’est pas grave).
-          14h30 : montage du vélo. Petit essai dans la montée de Risoul. Tout est ok.
-          dépôt du vélo à 17h30, rang 26 (nous sommes classés par club : donc, je suis seul….) Je croise Marcel ZAMORA et Olivier MARCEAU. Même pas peur...
-          18h30 : appel de Phiphi, qui est dans les bouchons de Fréjus.
-          19h30 : petit menu « triathlon » dans un des restos d’Embrun (pâtes à volonté).
-          Retour à l’hôtel : je prépare les sacs. A 22h tout est dans la voiture.
-          23h : extinction.
Mercredi 15 :
-          réveil à 3h45 ; je mets la puce à la cheville ; j’avale 1/3 de gatosport, une banane et du malto.
-          Départ à 4h25.
-          A 5h je suis dans le parc à vélo : vérification des pneus ; je prépare les chaussures et tenues pour les transitions (juste un changement de chaussette de prévu, casquette et lunettes différentes ; ceinture porte dossard et ceinture avec les gels (mélangés dans les bidons) pour la course à pied ; le reste du gatosport et 7 powerbars pour le vélo (je n’en mangerais finalement que 3, ce qui est une grosse erreur). 2 bidons de malto  + hydrixir sur le vélo (+ 2 dans le sac de transition pour l’Izoard).
-          5h45 : pause technique obligatoire. Puis j’enfile la combinaison 5 mn avant le départ. Je prête mon bonnet orange de Lanzarote à un type de Champigny (du coup je le verrai dans l’eau car nous avons tous des bonnets blancs).
-          Je me rapproche de la ligne.
-          6h : c’est parti. Je pars dans les derniers, tranquille et je vais sur la droite assez tôt pour nager sans prendre de coût. Bon un peu trop à droite du coup, parce qu’un moment j’ai cru qu’on était 200 et pas 1500 !!! Fin du premier tour : pour le deuxième, je pars plus sur la gauche à l’aller, mais encore trop à droite au retour.
-          Résultat : 1h19, mais sans forcer et sans m’épuiser. Vu que je n’avais nagé que 2 fois 2000m depuis mai, je m’en sors bien…
-          Transition 1 : je marche, je prends mon temps. Nous ne sommes pas pressés. Il faut profiter de l’ambiance. Je retire la combi, je mets le casque, les chaussures et le dossard ;  le coupe vent dans la poche (pour la descente de l’izoard….). Petite pose technique dans les toilettes. Je monte sur le vélo ; il y a du monde, c’est sympa. Je fais 150 m, premier rond-point pour prendre à gauche et là, surprise : Phiphi et Thomas !!! Franchement, cela m’a fait un énorme plaisir et des petites larmes (et aussi parce que nous avions terminés ensemble en nous marrant bien en 2009).
-          Deuxième virage à droite, je change de vitesse tranquille, en moulinant, et là hop : ‘a plus chaine !! Cassée !! No panique, j’ai tout ce qu’il faut (dérive chaine, mais aussi 4 chambres à air, 2 cables de freins + petite pince coupante et pince simple…clefs allens, pompe et 4 cartouches et le percuteur) : je mets le vélo sur le côté ; un type me conseille (mais pas trop besoin en fait), on discute un peu. Bref je ne perds pas beaucoup de temps (peut-être plus de 5 mn quand même), mais je vois que le maillon que je remets est un peu abîmé. Pas grave. Cela tiendra.

Je repars ; je croise Diane (une ancienne du club) et d’autres que j’ai du mal à reconnaitre.
Première montée : y aller tranquille, elle est longue et pas si simple. Donc tout à gauche (39/30 !! si, si, une cassette montagne achetée exprès la semaine précédente…eh be j’étais bien content de l’avoir, car je ferai presque toutes les grosses montées sur le 30).
Quasiment en haut, petite danseuse, et zou dans la semoule : forcément, la chaine casse de nouveau. Cela me fait rire. Je me mets sur le côté ; je retire deux maillons, je remets : deux minutes. Je vais pour remettre la chaine sur le petit plateau : pas possible : je suis allé tellement vite que j’ai oublié de la faire passer au-dessus du tube de base….

NO COMMENT Olive !!

Donc je défais un nouveau maillon, je remets tout cela bien et je repars.
Je continue de monter, mais quelques virages plus loin et quelques changements de vitesses plus tard, je trouve que je mouline bizarrement : donc je m’arrête.
Je suis allé tellement vite que je n’ai pas repassé la chaine dans la petite patte du dérailleur arrière ! De mieux en mieux. Je sors les clefs allen, je dévisse légèrement les deux galets, je fais passer la chaine, je revisse et c’est bon.
Finalement, je n’aurai plus à intervenir, ce fut la bonne !!
N’empêche : elle n’aurait pas pu péter la semaine précédente avec tout ce que je lui avais mis dans la tête ??!
Bref, du coup, j’ai perdu quelques places….et pas loin de 15 à 20 minutes. Mais je préfère encore que cela arrive à cet endroit plutôt qu’à Brunissard en 2009 après plusieurs heures de course et en plein soleil !!

Début de la descente vers le Lac : toujours aussi magique, mais je reste prudent car je viens de croiser un type assis sur le côté, la tête en sang avec les pompiers.
Puis le plat : alors là c’est du 38/42 km/h tranquillou. Je reprends quelques concurrents avant Savine.
Puis retour vers Embrun : j’envoie bien, tranquille. Arrivée sur Embrun : encore un peu de monde au rond-point sur lequel est installé Thomas, qui m’encourage. Trois cents mètres après c’est Phiphi qui est là et qui me demande ce que j’ai fait….Pas un reportage photos en tout cas !

Après, on attaque les coteaux : c’est toute de suite mieux ; je mets le 19 dents et je reprends encre des concurrents en attaquant légèrement dans ces petites montées et descentes.  Puis c’est la portion « plate » jusqu’au début de Guillestre : ça roule encore bien. Montée dans Guillestre puis vallée du Guil : de bonnes sensations ; je m’alimente toujours bien, je regarde le paysage. Dans Guillestre je croise un type en vélib ! Finalement, il abandonnera en vélo. La température commence à monter. Le cardio aussi.

Ne pas s’y tromper : la montée de l’Izoard débute ici, à Guillestre !!

Le plat de résistance arrive enfin : montée vers Arvieux, Brunissard, puis les  lacets du col : je joue avec les vitesses, en utilisant le 30 le plus souvent possible (mais sans abus), afin de me préserver ; je reprends toujours un peu de concurrents (normal, vu le temps perdu au début). Les lacets de la montée du col d’Izoard après Brunissard : je fais une partie avec Gilles TEOBALDI (le Corse aux 50 IM) et avec Malik (que je croiserai ensuite plusieurs fois à pied, et qui terminera 5 mn  devant moi).

La montée se passe sereinement : je sais que je serai dans les temps ; pas de raison d’attaquer et de se cramer, d’autant plus que le soleil tape bien. Les encouragements sont nombreux.
Arrivée en haut du col, Laurent est là, comme il y a 10 ans (sauf qu’à l’époque il avait fait la course….). Petite discussion tout en récupérant mes bidons ; je mets mon coupe-vent, et j’attaque la descente avec prudence, sans pédaler, afin de récupérer. A mi-chemin, je retire le coupe-vent ; passage dans Briançon et début du retour.
Les premiers enchainements de montagnes russes se font sans difficultés, malgré le petit passage sur la route nationale et le vent de face.

Arrive le second plat de résistance, juste après l’Argentière : la côte de Pallon.
« Pallon, ce n’est pas long, mais c’est bon ! »….enfin, pour ceux qui arrivent à monter : c’est la même sanction pour tous : tout à gauche et montée à 7km/h, voir moins (car même à 7km/h je double…le plus dur étant de ne pas tomber…) ; éventuellement à 15 km/h pour les excellents grimpeurs. Un vrai mur ! Cette côte peut vous casser les jambes ou tout simplement le moral !!
Ne pas s’inquiéter, il y a un ravito quelques centaines de mètre plus loin : je m’y arrête, comme aux deux précédents, et me mouille la tête, la nuque, les bras et les jambes avec de l’eau fraiche : petit coup de chaud. Je perds de ce fait quelques minutes à chaque ravito (de même sur les 3 ou 4 autres jusque l’arrivée). En fait, je n’ai pas assez bu depuis le départ, même si je me suis à peu près bien alimenté ; donc il faut faire attention (j’aurais dû partir avec 4 bidons pour être obligé de les boire).

Retour le long de l’aérodrome (en face de Saint-Crépin) : scotché à 22 km/h par le vent !!
Puis légère remontée et redescente pour couper de nouveau la nationale et reprendre les coteaux en sens inverse du matin, mais avec du vent de face. Cela passe presque aussi bien, mais je me rends compte que je n’ai pas mangé depuis plus de 30mn ; malgré cela, je ne m’alimente pas en solide (je ne ferai pas avant de poser le vélo….Grosse erreur….), mais je continue de boire (mais pas assez).
Arrivée dans Embrun : il faut monter le Chalvet ! Même si c’est la tradition, c’est un supplice, un calvaire, où je perds du temps, tout en reprenant encre quelques brebis égarées. Je fais le début avec un type dont c’est le 11° embrunman, et sa plus mauvaise performance. Chapeau quand même.
Descente vers Embrun : faire attention dans les virages et au revêtement ; je peux enfin poser le vélo. Mais je suis vidé.
Je me fais masser les cuisses et les mollets. J’attaque un bidon avec du gel. J’entends que le 7° arrive en 10h40 : je n’arriverai pas à courir le marathon en moins de 4h. Objectif raté.
Je démarre ; les jambes sont dures ; je croise mon oncle, ma tante et mes cousins ; puis Jeanne Collonge, qui arrive. Je vois ensuite Thomas, Phiphi et Florance; je m’arrête quelques secondes et je reprends ma petite course ; premier ravitaillement : Laurent est là avec ses dames. C’est reparti. Fin de la digue : la famille est là avec Ti’Charles, qui ne veut pas me faire de bisous, mais pleure lorsqu’il me voit repartir !
Passage sous le pont ; je marche ; je vais marcher en fait sur les 4 premiers kilomètres quasiment tout le temps ; puis alterner course et marche. Résultat : 1h pour 6km. Je n’ai plus d’énergie : je bois mes gels, je bois aux ravitos, je me rafraichis, je mange : reprendre des forces à tout prix ; sinon, je jette m’éponge, l’abandon est proche. J’ai envie d’uriner : pas possible, cela me brûle (eh, oui, ne j’ai pas assez bu ; une torture ; au total je m’arrêterai bien une dizaine de fois, plusieurs minutes, en vain ; j’ai même essayé aux toilettes au semi dans le parc à vélo ; mais ça c’est aussi un beau moyen de se prendre un super coup de chaud !! c’est entre le hammam et le sauna mais sans les essences de menthe….).
Le premier semi se fait dans la douleur en presque ou plus de trois heures : je ne sais plus mon garmin m’a lâché (il m’avait même fait faux bond dans la vallée du Guil ; il avait perdu les satellites deux ou trois fois : bravo la technologie. Sachant qu’il fallait manger toutes les 15 minutes, cela m’a un peu foutu le bordel…IL faut bien des excuses…).
En chemin, quelques passages des pompiers pour récupérer les quelques concurrents qui ont fait un malaise.
Heureusement arrive Baratier : Je fais la montée en courant (pour retrouver du mental…), et après la descente et la digue. C’est un peu mieux. Je croise de nouveau ti’Charles qui court 20 mètres avec moi et s’arrête prendre des cailloux. Puis de nouveau Thomas et Elodie, Phiphi et Florance à l’entrée des écuries, et c’est le demi-tour, avec la grosse grosse ambiance. Il est presque 20h : c’est le gros du troupeau qui arrive ; l’objectif est bel et bien envolé, mais maintenant cela est anecdotique : il faut réussir un deuxième semi mieux que le premier sinon je fais dépasser les 17h !....si je termine !
Deuxième semi : Je vois de nouveaux Elodie et le petit Anton à l’aise, tout nu dans l’herbe. Phipi commence à courir avec moi, mais un arbitre lui demander d’arrêter ; je croise Greg ZIEBA qui en termine, je l’encourage d’une tape sur les fesses (mais il n’a pas dû me reconnaitre ; au final il fera quasiment le temps que j’ai fait en 2003) ;  je cours jusqu’au début de la côte, que je fais en marchant avec deux autres gars sur un bon rythme ; puis je reprends la course à l’entrée de la vieille ville, et j’arriverai à courir doucement jusqu’à la fin, en m’arrêtant un peu à tous les ravitaillements. Mon père et ma sœur courent quelques dizaines de mètres derrière sur une partie du semi.
J’entends sonner 21h : il me reste 1h30 pour les 10 derniers kilomètres. Cela devrait passer en 16h30. Il commence à faire plus sombre, l’ambiance change, c’est tout aussi magique. Lorsque je vois les supporters, je les remercie et les applaudit ce qui les pousse encore plus à encourager ; je tape dans toute les mains qui se tendent ; c’est ça la magie d’Embrun : Faire aussi rêver les enfants qui vous encouragent et il y en a un paquet !
Beaucoup de monde encore pour encourager, même dans le noir. La fin est proche. J’arrive dans les derniers 500 mètres : une haie d’honneur de chaque côté des barrières (c’est l’avantage d’être dans les derniers : on est sûr que les applaudissements sont pour soi); je tape dans toutes les mains ; Florance, Phiphi et Thomas sont là ; c’est top !
Les derniers 100m : juste la place pour passer : je marche sur toute la ligne droite, je profite à fond, je passe la ligne avec ma sœur et mon père : 16h32. Je suis super content de terminer encore une fois. La médaille, le tee-shirt. C’est fait !
C’est le troisième (3 sur 3) et le neuvième en distance IM (9/9).
Je m’assieds au pied de l’estrade ; un organisateur me donne un bout de pizza bien chaude ; je reprends du gel.
Je récupère 10 minutes en écoutant le speaker et la musique. Les arrivées se succèdent encore au compte-goutte, chacun en profitant au maximum.
Puis direction, le changement, un petit tour vers les ostéopathes, en regardant le feu d’artifice.
23h30 : je repars.
Arrivé à l’hôtel, je reste 15 mon assis sur le lit, habillé puis au moins autant allongé : je suis exténué, vide ; même pas de douche ; je mange deux petits sandwiches, pris dans la zone de récupération : cela fait du bien ;  je me déshabille, et me pelotonne sous les draps en grelotant pour une petite nuit de récup.
Le lendemain, au petit déjeuner, j’annonce que je n’y retournerai pas l’année prochaine (mais je change d’avis lors du déjeuner…).
En rangeant mon vélo le vélo le matin, je discute avec un anglais (il avait un super beau Felt avec des roues HED, un peu trop profilées je pense) : il a eu chaud dans l’izoard ; s’est fait piqué par une abeille sur le crâne ; mais a terminé en 16h. Il y avait un belge ; je ne lui ai pas parlé, mais j’ai su qu’il avait crevé 3 fois !! Bref, chacun son histoire, ses petits aléas, et son bonheur d’avoir terminé.

Finalement, avec mon Nakamura et mes roues ksyrium (pneus Mavics Yksion Griplink, que l’on peut gonfler à 9 bars), je ne suis pas mal ; par contre, c’est mieux d’avoir un cintre classique, plus maniable dans les descentes et dans certaines montées…C’est vrai que cette année j’ai fait soft : je n’ai pas pris les Xentis et pas de casque profilé (pas trop efficace à 7km/h…).
Mon sentiment aujourd’hui :
-          Toujours très content d’avoir terminé cette course mythique !
-          Déçu de mon temps, mais, il faut bien l’avouer, j’y suis allé la fleur au fusil, pensant (ou feignant de penser) que je pouvais faire un temps correct sans préparation spécifique : mais il n’y a pas de secret ; il faut bien se préparer pendant au moins 6 mois, et ne pas avoir de kilos superflus (au moins 7 pour moi, avec un mauvais rapport poids/puissance), qui ne pardonnent pas à embrun (ce n’est pas roulant comme à Lanzarote ; la préparation ne peut pas être la même à 100%). On ne peut pas faire illusion, ou du moins pas longtemps. La montagne ça vous gagne, mais soyez sûr que c’est elle qui gagne à la fin !
En bref, comme dirait Olive : Roch a fait du Roch !

-          Si j’y retournerai : bien sûr !! En 2014 ? cela dépend s’il y a un groupe (il faudra se décider dans les prochains mois, avant fin octobre, s’inscrire tout de suite et planifier les mois d’entrainement ; acheter un VTT pour l’hiver ; sinon, ce sera au plus tôt en 2015).

Pour ceux qui hésitent : j’ai fait Embrun lors de ma première saison en 2003, en faisant dans les 4 mois précédents un sprint, un CD, un LD (championnat de France à Cublize).
Il est vrai avec le recul que la préparation vélo était sérieuse à l’époque: VTT l’hiver ; deux cyclos (une VTT de 7àkm et une route de 220 km), plusieurs sorties à plus de 200 km ; un petit stage de préparation à Gérardmer. Puis tout le reste dans la montagne de Reims. 6 mois efficaces et assez sérieux avec un bon groupe. Ce n’était pas le cas en course à pied, qui n’était pas du tout ma préoccupation. C’est forcément cela qui m’a manqué cette année ; mais les contraintes personnelles et professionnelles ne sont pas les mêmes non plus…

La suite :
-          Déjà, j’ai repris le chemin de la salle de sport hier (25 mn de vélo puis 30mn de soulevage de fonte, cela me manquait…). Footing 40 mn ce soir. Pas question de couper plusieurs semaines : il faut que la période de transition intersaison soit bien gérée.
-          Pour cet automne, c’est course à pied (Paris-Versailles et Marseille-Cassis ; peut-être Sedan-Charleville et le Sparnatrail). Cet hiver : VTT.
-          En 2014 : Ironman de Nice et plus si affinités… (Embrun ? Barcelone ? Lanzarote (bon là, il faut être joueur, à un mois de Nice…) ? … ou sur un autre continent… j’ai quelques petites idées, mais ce ne sera pas le Brésil, déjà complet !!...).

Bonne fin d’été à tous, bonnes courses pour ceux qui sont engagés sur les quelques dernières épreuves (Vichy, Gerardmer ou autres).


Revenir en haut
Olive


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2009
Messages: 860
Localisation: Vers le soleil
Masculin

MessagePosté le: Mar 20 Aoû - 21:47 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Je suis content.....je vois que tu t'assagis avec la paternité!
Très beau et très rigolo CR!
J'ai pensé à toi avec un noeud au ventre tout le 15 sans me soucier de ton temps, et sans penser que tu en baverais autant....
Félicitations, t'es un pùt@!¥ de dure à cuire mon grand!
_________________
Olive


Revenir en haut
Skype
Rone


Hors ligne

Inscrit le: 15 Aoû 2011
Messages: 15
Localisation: Arcis Le Ponsart
Masculin

MessagePosté le: Mer 21 Aoû - 10:57 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Bravo !
Super ce compte rendu !
Pour info le mec en vélo bleu (avait fait nice d'ailleurs cette année avec le même vélo) a été arrêté à 1 km du sommet de l'izoard car il était hors délais, pour un vélo à 3 vitesses c'est osé Smile

Apparemment Embrun ne s'improvise pas, comme tout le monde semble le dire, mais tu en tires quand même un grand plaisir apparemment. à croire que nous sommes tous pareil, le soir c'est "je ne referais plus" et au petit déj on a déjà un "peut être" qui ose s'imposer, on aime se faire mal

Encore bravo en tous cas !


Revenir en haut
Skype
Moon


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 218
Localisation: Reims
Masculin

MessagePosté le: Mer 21 Aoû - 16:55 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Roch tu me fais kiffer super compte rendu j adore...pour l instant pour embrun l'année prochaine y a Moi c est sur, Vincent et Brice ont l air bien decidé...après y en a d autres qui si titillent...a voir 
_________________
Ne jamais abandonner, c'est souvent ça le vrai challenge...


Revenir en haut
VINCENT


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2011
Messages: 93
Localisation: Reims
Masculin

MessagePosté le: Mer 21 Aoû - 23:01 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

J'adore!!!!!!!!!!!
Encore félicitation pour tes résultats et surtout ton mental!!!
PS: pour la préparation de embrun 2014? est ce que tu pourras nous faire quelques séances mécaniques, car je pense que je m'adresse à la bonne personne Mort de Rire Okay
Bonne récupération et vivement l'année prochaine.....


Vincent


Revenir en haut
Olive


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2009
Messages: 860
Localisation: Vers le soleil
Masculin

MessagePosté le: Sam 23 Nov - 17:55 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Bon, les  EmbruMan/Woman 2014,et les autres Francky, Phiphi, Roch(?), Béber, John, Sylvain, Sim, Flo, Ben, Fafa et tous les autres, est ce que la Marmotte vous tente?
Il y a encore de la place pour encore quelques jours.....
_________________
Olive


Revenir en haut
Skype
flo


Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 176
Localisation: reims
Masculin

MessagePosté le: Sam 23 Nov - 20:33 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Pourquoi pas, Tu as une date à nous donner??
_________________
Quand est ce qu'on a mal !!!


Revenir en haut
Olive


Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2009
Messages: 860
Localisation: Vers le soleil
Masculin

MessagePosté le: Sam 23 Nov - 20:40 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

5/07/2014
http://www.sportcommunication.info/web2010/epreuve2.php?langue=1&trophe…
_________________
Olive


Revenir en haut
Skype
flo


Hors ligne

Inscrit le: 27 Sep 2011
Messages: 176
Localisation: reims
Masculin

MessagePosté le: Sam 23 Nov - 22:49 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

C'est ok pour moi.... Qui d'autres il y a moyen de prendre des inscriptions de groupe??
_________________
Quand est ce qu'on a mal !!!


Revenir en haut
Moon


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2012
Messages: 218
Localisation: Reims
Masculin

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 09:41 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

merci beaucoup Olive mais moi pas pour 2014, ca peut interresser Tom Vinc' etc...j espere qu ils vont voir ton message au plus vite !!! encore merci 
_________________
Ne jamais abandonner, c'est souvent ça le vrai challenge...


Revenir en haut
Sylvain


Hors ligne

Inscrit le: 08 Sep 2009
Messages: 341

MessagePosté le: Dim 24 Nov - 19:51 (2013)    Sujet du message: Embrunman! Répondre en citant

Et non, c'est toujours le même week-end que le X Terra France... Mon choix est tout fait !
_________________
Viva X Terra !


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:41 (2016)    Sujet du message: Embrunman!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du Reims Triathlon Index du Forum -> Forum du Reims Triathlon -> Compétitions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com